En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil » Mois d'octobre 2017 - page 2
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://rucher.ecole.vauban.asso68.fr/data/fr-articles.xml

page précédente

A l’arrêt de la ponte des reines (vers la fin octobre ou début novembre, dans notre région) la consommation va baisser et la température interne va descendre en dessous de 30 degrés. Avec l’absence de couvain à nourrir, la colonie va progressivement se mettre en grappe et quoi qu’il en soit, contrôler l’infestation résiduelle des varraos et la encore essentielle (même après la sortie des lanières).
Comme nous l’avons vu précédemment, le contrôle des tiroirs sous le plancher grillagé donne de très bonnes indications et une analyse régulière de ces tiroirs permet de définir, s’il y a besoin de faire des traitements complèmentaire à l’acide oxalique.
lange.jpg
Afin d’éviter l’effondrement des colonies surinfectées, il s’avère utile d’effecuer un comptage hebdomadaire des chutes de varroas, morts naturellement. Ainsi, si en début décembre (quinze jours après avoir sorti les lanières), vous dénombrez plus de 4 varroas morts par semaine, il deviendra nécessaire de faire un traitement à l’acide oxalique par dégouttement
L’éffondrement  d’une colonie est en général, le résultat de plusieurs facteurs agissant conjointement au détriment de cette dernière :
-    l’étendu des dégâts est fonction du degrès d’infestation de varroa,
-    mais aussi de la prèsence de virus associés.

Par expérience nous savons que le couvain mâle est plus attirant que le couvain d’abeilles, d’ou l’importance de procèder à la destuction d’une partie de ce couvain mâle en saison. Cette intervention  limitera l’infestation.
Précisons à ce titre, que le ou les varroas s’introduisent dans les cellules juste avant operculation, attirés par les phéromones que dégagent les larves. Ces phéromones sont le signal pour les abeilles, que la larve a atteint sa maturité et peut être operculée pour continuer sa métarmorphose en insecte complet.

Pourtant, c’est dès son introduction que le varroa engage son œuvre destructrice et perfore la cuticule de la nymphe a plusieurs endroits, se nourrissant ainsi de l’hémolymphe. Les plaies occasionnées par ces morsures sont autant de foyers ou se développent toutes sortes de bactéries et de virus. En outre, ces blessures vont servir d’appat pour la progéniture qui va suivreailes atro.jpg

Un œuf de varroa est pondu 70 heures après l’operculation et donne naissance à un mâle, puis toutes les trente heures, soit 7 pour une cellule d’ouvrière et 9 pour une cellule de mâle. Dans les cellules d’ouvrières, 4 varroas vont arriver à maturité, contre 7 pour une cellule de mâles, ce qui explique l’intérêt de détruire les cellules mâles.
La demande nutritionnelle de varroa est trés élevée et il utilise en moyenne 25% des réserves de la nymphe  accumulée dans ses tissus pendant le stade larvaire.
Le nourrissement du  varroa entraine des malformations et affaibli sérieusement les abeilles, de quoi engendrer des dégâts important sur les colonies.

Préparer l’environnement de votre rucher, c’est favoriser le développement de vos abeilles :
S’il est vrai que lors des grandes miellés l’abeille trouve en abondance sa pitance, il n’en demeure pas moins, que ces périodes sont souvent peu nombreuses et très limitées dans le temps.
L’environnement de proximité joue alors tout son rôle de zone tampon et doit permettre à nos abeilles de trouver matière à récolter.
La période automnale et propice au rangement de nos potager, mais elle doit aussi pouvoir être exploitée, afin de préparer les prochaines cultures et notamment la préparation des jachères fleuries, mais aussi les plantations de fruitiés et autres arbres et arbustes florifères.
Chacun de nous se rappelle de cet adage « A la Sainte Catherine, tout bois prend racine », alors n’hésitons pas cette année, peut être plus encore qu’une autre, de donner du sens et de l’expression à cette tradition rurale.

 

Jean-Pierre Heller


Date de création : 03/11/2017 10:11
Catégorie : -
Page lue 4 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Bascules R.E.Vauban
Les archives
Visites

 357550 visiteurs

 31 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :   Accueil » Mois d'octobre 2017 - page 2
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 75 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
41 Abonnés