En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil » Mois de septembre 2017 - page 2
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://rucher.ecole.vauban.asso68.fr/data/fr-articles.xml

page précédente

 

L’hiver une étape sensible :

L’été semble encore perdurer, sous des températures encore agréables et pourtant l’hiver approche à grand pas. La saison apicole se termine et les rentrées de pollen et de nectar vont s’amenuiser. La végétation aussi bénéficie des derniers beaux jours, malgré le raccourcissement des journées.
Les abeilles recherchent activement les dernières fleurs, lierre, trèfle blanc, ravenelle…
La colonie progressivement va s’adapter aux nouvelles conditions climatiques, notamment avec des journées plus courtes et des températures plus basses.


La bonne mise en hivernage conditionnera grandement la survie de la colonie qui dépendra également de :
1)    de l’âge de la reine (- de trois ans),
2)    de la surface du couvain (en début septembre, quatre cadres de couvain),
3)    de la réserve de nourriture (au moins quatre cadres, soit environ 15 kg),
4)    de lutte efficace contre les varroas.couvain iregulier.jpg


Le nourrissage de fin août a stimulé pour la dernière fois la ponte de la reine, permettant aux futures abeilles d’hiver de naître dans de bonnes conditions.
Les mesures prises au courant de l’année influenceront directement la saison à venir (élevage, regroupement, traitement sanitaire, nourrissage, semis de jachères apicole). Les choix et les travaux réalisés par l’apiculteur dans la conduite de son cheptel au de facto, des répercussions directes sur la vie des colonies et des futures récoltes.
Hormis l’aspect climatique, un bon départ printanier est en principe tributaire d’une bonne mise en hivernage.
La visite avant mise en hivernage a pour objectif de faire le point sur les carences et d’analyser les futurs besoins des colonies. Elle se fait directement après la dernière récolte de miel, une fois les hausses enlevées.                       
Il doit impérativement y avoir présence de couvain à tous les stades, œufs, laves, couvains operculés. Le couvain doit être compact et régulier. En cette période, au sein d’une ruche Dadant, on devrait trouver au moins trois à quatre cadres de couvain bien entouré de miel.


Dans l’hypothèse où la ruche présente un couvain disparate, dans ce cas, la reine est en fin de vie. C’est alors toute la colonie qui est menacée et qui risque de ne pas passer l’hiver. Vous avez alors le choix entre changer de reine ou vider la ruche en secouant les abeilles hors de cette dernière, afin qu’elles renforcent une autre colonie. Vous aurez néanmoins préalablement supprimé la vieille reine et aspergé les abeilles d’un sirop parfumé à la menthe ou à la grenadine.couvain regulier.jpg
Une ruche a besoin de douze à quinze Kilos de provisions. Un cadre de corps de ruche Dadant contient en moyenne 3,5 à 4 kg de miel et il faudra donc au moins quatre cadres bien garnis, pour assurer la jonction avec les futures rentrées du printemps suivant.


 Les cadres de miels seront disposés en rive. Bannissez, tous cadres garnies de pollen en rive, car ces derniers risquent de moisir (surtout s’ils ne sont pas recouverts d’une couche de miel). Les points de rosé sont souvent atteints dans la ruche, ce qui entraine  une  condensation de la vapeur d’eau (due à la respiration de la grappe) et engendre la moisissure des cadres, qui deviennent inconsommables.


Le nourrissage doit être entrepris à temps et doit se terminer au plus tard tout début octobre. Les abeilles transforment le sirop de nourrissage en miel, ce qui demande beaucoup de travail et surtout du temps. Ce miel doit être operculé, afin de ne pas fermenter et engendrer toutes sortes de problèmes sanitaires.
Pour compléter le stock de miel, utilisez un sirop plus concentré (65% de sucre et 35% d’eau). Les sirops du commerce sont actuellement bien adaptés, faciles d’emploi et nécessitent moins de transformation par les abeilles. C’est donc à la fois pour l’apiculteur, mais aussi et surtout pour les abeilles, un gain de temps.
Vérifiez également une fois par semaine sur vos tiroirs (sous le plancher) et ainsi l’efficacité des traitements en cours contre les varroas.Procédez également à leur nettoyage.


Hivernez uniquement les colonies bien constituées avec des reines de 2 ans au maximum.
Regroupez les colonies les plus faibles (à condition d’avoir une jeune reine et d’éliminer la vieille reine). Pour procéder à cette manipulation, la solution la plus simple est de les endormir, afin que les abeilles perdent momentanément leur mémoire et leur sens d’orientation (les butineuses reviennent toujours à leur emplacement initial, sauf si on leur fait perdre la mémoire)jourrnal.jpg

Administrez alors un somnifère, du nitrate d’ammonium (généralement vendu dans tous les magasins apicole), qui se présente sous la forme d’une poudre blanche,  que l’on introduit dans l’enfumoir bien chaud. Cette opération doit se faire à la tombée de la nuit (de préférence) et engendre une certaine agressivité au réveil. La fumée blanche qui se dégage de votre enfumoir est envoyée par le trou de vol et par le trou de nourrissage. En quelques secondes, toutes les abeilles sont en léthargie, certaine tombent au fond de la ruche.

Vous disposez alors d’une dizaine de minutes (avant que les abeilles ne reprennent leurs esprits), de façon aisée, afin de déplacer ou de rassembler vos ruches sans problème. Vous pouvez aussi rassembler deux ruches en superposant les deux corps de ruche et en intercalant au préalable un papier journal entre les deux corps (avec quelques trous). Evidemment, vous aurez au préalable supprimé la reine qui est déficiente. Afin de faciliter l’acceptation, vous pouvez aussi pulvériser sur les abeilles, un sirop 50/50 (additionné d’un peu de sirop de menthe ou de grenadine), cela facilitera les contacts et bien sûr l’acceptation.  
La maigre pitance récoltée par nos abeilles cette année, nous rappelle les conditions sévères auxquelles elles ont été confrontées. Il est primordial de bien les accompagner au cœur de l’arrière saison, afin qu’elles passent un hiver le plus confortable qui soit et nous reviennent au printemps, dans des conditions optimums.
Bonne préparation à l’hivernage.

 

Jean-Pierre Heller


Date de création : 31/08/2017 19:20
Dernière modification : 31/08/2017 19:47
Catégorie : -
Page lue 300 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Bascules R.E.Vauban
Les archives
Visites

 357770 visiteurs

 13 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :   Accueil » Mois de septembre 2017 - page 2
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 75 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
41 Abonnés