En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Mois de novembre 2011 - page 3
 
    Imprimer la page...
    Imprimer la section...
 

Mois de novembre 2011 - page 3

Page précédente

Dès qu’il n’y a plus de couvain la température va chuter de 35° à 25°en moyenne. Nos abeilles bougeront alors avec lenteur, un peu engourdies mais bien vivantes. Quand le froid s’installe les abeilles se regroupent et forment une grappe plus ou moins compacte généralement la ou le dernier couvain est né.evolution_temp.jpg
 
Elles ne chauffent pas la ruche,  seule la grappe est maintenue en température. En rive la température, peut descendre en dessous de zéro, d’ou les points de rosé bas qui engendrent de la condensation sur les parois et cadres aux extrémités.

Les abeilles entretiennent une thermorégulation très sophistiqué. Une fois la grappe installée, son volume va varier en fonction de la température extérieure ; plus elle sera basse, plus la grappe se resserrera, inversement quand le climat se radouci, elle augmentera de volume.
 
Par ailleurs, nos abeilles  assurent une rotation interne ; celles installées à l’extérieur de la grappe, se déplacent alors au centre pour se réchauffer et se nourrir. La grappe, elle-même marque un déplacement lent au sein de la ruche, afin d’avoir accès à la nourriture.

Pour maintenir la température de la grappe – hors couvain -  (entre 21° et 25° environ), nos abeilles ont besoin de MIEL (carburant essentiel), indispensable à leur survie.

provisions.jpgElles vont alors mettre en action leurs muscles alaires en les frottant les uns contre les autres et ainsi générer de la chaleur.

Une fois le dernier couvain éclos et la  grappe formée, la consommation va se réduire en moyenne à 700/800gr par mois, mais dès que la ponte reprendra, la consommation triplera (tout dépendra du climat de l’hiver qui est à nos portes).
 
Nourriture:

Elle doit être de bonne qualité est abondante. Le pollen doit être recouvert d’une petite couche de miel operculé, sans quoi, il risquera de moisir et sera donc inconsommable pour les abeilles.
 
C’est là, une des raisons qui militent pour un nourrissement précoce en fin de récolte. Notons enfin, que nos abeilles devront disposer de 15 à 20kg de provision pour passer l’hiver sans encombre.
 
Jean-Pierre HELLER

Date de création : 21/10/2011 10:59
Dernière modification : 21/10/2011 11:22
Catégorie : -
Page lue 11314 fois