En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil » Mois d'octobre 2011 - page 3
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://rucher.ecole.vauban.asso68.fr/data/fr-articles.xml

 La cire d’abeille

construction.jpg 
Unique matériau de construction des alvéoles, elle constitue l’environnement permanent  dans lequel évoluent les colonies. Elle est sécrétée au printemps par les glandes cirières situées  au niveau de l’abdomen des jeunes abeilles âgées de quinze jours. Les écailles sont des lamelles ou écailles transparentes de 1,5mm et larges de  1mm.

Les ouvrières les prélèvent  au niveau des plaques cirières avec leurs mandibules et les  triturent en mélangeant  des substances glandulaires. Elles construisent  des rayons à tous usages, elles forment une chaine cirière en s’accrochant les unes avec les autres. D’une géométrie parfaite d’une couleur presque blanche quand elle est élaborée elle devient progressivement jaune puis brun. Elle va être de plus en plus foncée avec les années en fonction de l’usage qu’en font les abeilles.

Composition

La cire d’abeille est un mélange de substance grasse. Les composants chimiques  sont majoritairement des lipides : hydrocarbones, ester et acide qui ont un nombre élevé d’atome de carbone. Outre les lipides, la cire d’abeilles contient une flavone et des alcools à nombre élevé d’atome de carbone.
 
La cire est une matière complexe capable d’absorber des substances et composants liposoluble. Ces substances proviennent en grande partie des produits phytosanitaires rependus dans notre environnement, mais aussi de produit de traitement contre la varroatose qui  se fixent dans les cires.

La concentration des ces produits dans les cires peut, à long terme poser des problèmes et un accroissement de leur présence.
L’analyse faite sur différentes cires prouve que les cires de cadre du nid à couvain sont plus chargées que les cires d’opercule.
Densité = 0,95
Point de fusion 64°
composition.jpg 
Cire de cadre (corps de ruche)
 
Un tiers au moins, des cadres du nid à couvain, doit être renouvelé tous les ans.
Ces cires peuvent être chargées en produits indésirables (molécule des traitements phytosanitaires de l’agriculture, mais aussi des produits de traitement de la varroatose), qui restent bloqués et s’y accumulent. 

En claire, ces cires ont été en contact avec toutes sortes de molécules et à la longue sont néfastes  aux abeilles d’ou l’importance de ne pas remettre cette cire dans le circuit. Cette cire devra servir uniquement  à la fabrication de bougies ou d’encaustiques.
 
Cire d’opercule

Cette cire d’opercule élaborée par les abeilles est très pure, elle doit être utilisée pour la fabrication de feuille de cire pour le nid à couvain et cadres de hausses. Il est important de bien séparer les deux produits.
cire_1.jpgcire_2.jpg
 

Date de création : 29/09/2011 09:53
Dernière modification : 29/09/2011 11:08
Catégorie : -
Page lue 607 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Bascules R.E.Vauban
Les archives
Visites

 357550 visiteurs

 31 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :   Accueil » Mois d'octobre 2011 - page 3
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 75 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
41 Abonnés