En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
Vous êtes ici :   Accueil » Mois d'octobre 2011 - page 2
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://rucher.ecole.vauban.asso68.fr/data/fr-articles.xml

Le pillage
 
En automne la végétation et les fleurs se font rares, les abeilles sont privées de leur activité principale, la recherche de nectar. Elles deviennent plus agressives et n’hésitent pas à s’approvisionner chez leurs voisines. Les nucléus les plus faibles en font souvent les frais.

Le pillage latent est souvent à peine décelable par l’apiculteur, par contre le pillage violent est visible par l’activité frénétique et agressive à l’entrée de la ruche.
 
Une ruche pillée laisse des traces sur la planche d’envol ; beaucoup de particules de cire sont entrainées à l’extérieur et restent collées sur la planche.
Généralement beaucoup d’abeille meurent au combat et la ruche se vide de ses provisions. Seules quelques abeilles entourent encore à de rare cas, la reine.

C’est là un phénomène fréquent en automne et qu’il faut à tout prix juguler. Pendant l’année apicole et lors des miellés,  il y a peu ou pratiquement pas de pillage. Néanmoins, cette situation peu rapidement, en période de disette, changer et bouleverser l’équilibre des ruches.

Le pillage  n’est pas le seul fait des abeilles, les guêpes participent souvent au festin, d’ou l’importance de laisser les pièges en place en arrière saison.
 
Une fois commencé, le pillage ne s’achèvera que quand la ruche est vidée de ses provisions, à moins que l’apiculteur ne s’en aperçoive à temps. Dès lors, s’il intervient  au début du pillage, il pourra soit, réduire l’entrée de la ruche au maximum (et observer l’évolution de la situation), soit fermer complètement la ruche et la déplacer dans un endroit isolé, à plus de 3 kilomètres, si le pillage persiste. Dans ce cas, il sera judicieux de réapprovisionner la ruche en nourriture, afin qu’elle puisse  se ressourcer et passer l’hiver sereinement.
 
Les facteurs du pillage
  • Colonie  faible
  • Distribution de sirop en pleine journée
  • Le nourrissement au miel
  • Cadres ou hausses qui trainent avec des restes de miel
  • Le manque de nourriture                                                                            
  • Ruche mal fermée
  • Entrée grande ouverte
entre-pill.jpgentre_ruche.jpg 
 

Date de création : 29/09/2011 09:20
Dernière modification : 29/09/2011 11:06
Catégorie : -
Page lue 947 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Bascules R.E.Vauban
Les archives
Nouveautés du site
(depuis 14 jours)
Visites

 364869 visiteurs

 2 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :   Accueil » Mois d'octobre 2011 - page 2
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 75 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
41 Abonnés