En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Recherche
 
Fermer

Menu principal

Mois d'avril 2020 (trav)

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://rucher.ecole.vauban.asso68.fr/data/fr-articles.xml

Les travaux du mois d’avril

Le mois d’avril est un mois clé. Tout se chevauche : première miellée, début de la fièvre d’essaimage, extension brutale du couvain suivie d’un développement fulgurant du varroa

De toute évidence, il sera nécessaire de suivre assidûment toutes ces problématiques, pour au mieux, gérer les différentes situations.

  1. Adapter la ruche en fonction des rentrées de nectar – La pose des hausses :

04.jpgAu fur et à mesure du développement de la ruche, le corps de ruche s’est rempli de cadres et d’abeilles. Il sera alors nécessaire, de donner de l’espace et de fait d’agrandir la ruche, par la pause d’une hausse, d’autant plus indispensable, si votre environnement dispose de colza, de fruitiers …

Notons que la pose d’une hausse a deux objectifs : donner  de l’espace et donc permettre le stockage du nectar, mais aussi et surtout d’éviter ou de retarder le développement de la fièvre d’essaimage (quand les abeilles manquent d’espace, elles vont se sentir à l’étroit et chercheront à changer d’habitacle). Avant la pose de la hausse, faites une visite approfondie du corps de ruche ; tous les cadres du corps de ruche doivent être occupés, le couvain régulier, compact et entouré d’une couche de miel. Vérifiez également qu’il n’y ait pas de cellule royale et si des amorces sont déjà présentes, supprimez-les.

05.JPG

  1. Mise en place d’une grille à reine :

La grille à reine est très utile et permet d’avoir des cadres de miel sans couvain,  ce qui facilite l’extraction du miel. Elle peut néanmoins, au départ être un frein pour les abeilles, qui hésitent un temps durant à la traverser, pour occuper les cadres de hausse.

06.jpgPour ma part, je pose au départ les hausses sans grille à reine, ce qui facilite grandement la montée et l’occupation des cadres de hausse. La grille à reine est alors installée 8 jours après la pose. Au moment de la mise en place de la grille, il faudra évidemment veiller à ce que sa majesté ne soit pas montée dans la hausse (c’est rare 1x sur 10). Si c’est le cas, il suffira de secouer le cadre de hausse et de réinstaller la reine dans le corps de ruche ; les abeilles remonteront immédiatement, mais sans la reine.

  1. Maitriser l’essaimage (pas  toujours évident…)

Le développement des ruches est souvent très variable d’un rucher à l’autre et d’une ruche à l’autre. Alors que certaines ruches commencent à pondre plus tôt en saison (ce qui engendre un développement plus hâtif), d’autres sont plus tardives. Les raisons peuvent évidemment être diverses, soit en lien avec la race, à l’exposition de la ruche, mais aussi en fonction de l’âge de la reine. L’important pour l’apiculteur, c’est assurément que toutes les colonies soient au diapason lors des futures miellées. Les ruches fortes vont probablement prendre la clé des champs (essaimer) et celles moins « combatives », générer une récolte peu abondante.

Afin de palier à ces problèmes de fièvre d’essaimage et de manque d’abeilles, l’équilibrage des colonies est une solution pour laquelle il faudra s’employer, une bonne semaine avant la miellée. Dès lors, il y aura lieu de ponctionner ou transférer des ruches fortes, un cadre de couvain naissant (sans les abeilles), pour renforcer les ruches qui sont en retard. Ce cadre sera remplacé par un cadre de cire gaufrée ou par un cadre pour l’élevage de mâles. Cette solution aisée à mettre en œuvre, permettra donc de réduire l’envie d’essaimer des colonies fortes,  tout en égalisant l’ensemble de votre cheptel.

Bien que l’essaimage soit un facteur qui diminue grandement vos ruches, il est le seul moyen « naturel » dont disposent les abeilles pour assurer leur pérennité. Pourtant avec l’essaimage, la production de miel est en partie compromise, le tiers des abeilles quittant la ruche.

  1. Réduire la présence de varroa :

07.jpgLe varroa est le facteur prépondérant dans les pertes hivernales. Réduire sa présence dans les ruches est d’une importance capitale.

Réduire la charge potentielle de cet indésirable d’une façon simple et sans produit chimique est une plus-value pour l’apiculteur et une conduite raisonnée de son cheptel.

De l’observation de ce parasite, il a été prouvé que les varroas ont une préférence pour le couvain mâle et de fait, utiliser cet attirance naturelle pour piéger notre indésirable est à la portée de tous, pendant les trois mois à venir... 

Cadre à mâles

08.jpg          09.jpg

Pour cela utilisez un cadre construit que vous découperez au trois quart.

Les abeilles vont immédiatement remplir cet espace et construire des cellules mâles (en deux à trois jours en moyenne) et la reine va y pondre. Les varroas attirés par les phéromones du couvain, juste avant operculation, vont se réfugier dans les  alvéoles (en moyenne dans un délai de 15 jours après la découpe de votre cadre).    

Il est alors conseillé de découper cette portion de cadre de mâles et de le détruire, soit en le déposant dans votre cérificateur solaire (pour également récupérer la cire), ou en le brulant.

Après découpe, ce cadre est immédiatement remis en place, afin de reproduire le même cycle et ainsi à assainir au fur et à mesure, votre ruche. Cette opération est à répéter jusqu’au début du mois de juillet ; après cette date, la construction des alvéoles mâles, devient aléatoire. Notez, que même si le cadre n’est pas entièrement construit, sa découpe en vaut la peine.

Par ailleurs, n’ayez aucune crainte quant à la présence des mâles au sein de la ruche, les cellules de mâles sont également réparties sur d’autres cadres et il en demeurera bien assez pour assurer la fécondation des jeunes reines de l’année.

10.jpg

Mars s’achève donc cette année avec les fêtes de Pâques et laisse déjà entrevoir le mois d’avril et son corollaire fréquent de variations de températures et de caprices de la météo. A la charnière du renouveau végétatif et du développement de nos colonies, avril s’avère donc plus que décisif dans la conduite future de nos protégées …

Jean-Pierre HELLER

Glossaire

Le varroa

varoa.jpg

Le varroa est un parasite qui perturbe la vie des abeilles


Date de création : 01/04/2020 20:10
Catégorie : Le syndicat (APH15) - Les travaux du mois
Page lue 898 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier

Le syndicat (APH15)

Translator

Bascules R.E.Vauban

Nouveautés du site

(depuis 14 jours)

Gestion association

Visites

 2003530 visiteurs

 29 visiteurs en ligne

Vous êtes ici :   Accueil » Mois d'avril 2020 (trav)
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...

Préférences


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 79 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
41 Abonnés