Recherche rapide
 
Fermer
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Mois de septembre 2011 - page 2
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
https://rucher.ecole.vauban.asso68.fr/data/fr-articles.xml


La lutte biologique contre les varroas

1) Le Plateau grillagé :
decoupe.jpg
Certes, l’impact est limité,  mais tout varroas qui tombe à travers le grillage n’a plus la possibilité de remonter dans le nid à couvain, ceci surtout si vous avez graissé le tiroir.
Sur un plateau plein, les varroas qui tombent se mettent en attente de passage.
Dès lors, si  une abeille passe à proximité,  le varroa s’agrippe à l’abeille et remonte dans le nid à couvain. 
Le plateau grillagé s’avère donc  d’une utilité capitale, notamment afin d’estimer la population de varroas dans la ruche (par comptage hebdomadaire ou journalier) et donc d’établir le taux d’infection du parasite.

2) La rupture de ponte :
 
Varroa a besoin de couvain pour se développer. Le simple fait de ne plus disposer  de couvain pendant une certaine période limite son développement ; c’est le cas lors de la réalisation d’un essaim artificiel ou essaimage.

3) Le piégeage dans le couvain mâle :

Le piégeage des varroas dans le couvain mâle, consiste à mettre en place dans la ruche, des cadres à males, qui seront retirés et détruit une fois celui-ci operculé. Cette méthode,  d’une  bonne efficacité (faire au moins 3 découpes par saison), permet à priori, d’éliminer entre 25 et 30% des acariens. Cela ne suffit malheureusement pas, pour que les abeilles puissent passer l’hiver sans encombre.
Il faut à tout pris réduire cette parasitose et compléter cette méthode par une lutte chimique.
 
La lutte chimique :
Une lutte raisonnée passe par l'emploi de molécules ayant une AMM (autorisation de mise sur le marché) et pour être efficace, réalisée à la meilleure période, dans le respect des prvarroa_ab.jpgotocoles d'utilisation. Elle a pour but de baisser la pression parasitaire pour éviter les conséquences désastreuses qu'elle peut avoir sur la colonie.
Pour une efficacité optimale les traitements doivent intéresser tout le rucher et les ruchers avoisinants.
Le choix de la meilleure période de traitement est conditionné par la pression parasitaire et par la nécessité d'avoir une population hivernale de bonne qualité. Un traitement après la dernière récolte d'été est donc indispensable.

En Alsace en général, en plaine, après la récolte de tilleul la saison est pratiquement  terminée. Le temps d’extraire, de tomber les hausses, de disposer les ruches en position d’hivernage, ont se retrouve début août, période idéale pour entreprendre un traitement avant un nourrissement spéculatif pour relancer la ponte.
En général la pression est la plus forte en cette période, les reines ont réduit leur ponte et la surface du couvain a diminué. Il est impératif de réduire la population des varroas, beaucoup d’abeilles naissantes, vont être handicapées par les varroa et ne passeront pas l’hiver (ou abandonneront la ruche).
Pour les ruches en montagne, le retour en plaine se fait généralement fin août (en moyenne vers le 20), ou tout début septembre. Il est alors impératif d’agir rapidement si l’on veut revoir ses abeilles au printemps.

Page suivante

Date de création : 30/08/2011 # 10:04
Dernière modification : 31/08/2011 # 09:03
Catégorie : -
Page lue 633 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Calendrier
Bascules R.E.Vauban
Le syndicat (APH15)
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
L6xE
Recopier le code :


  Nombre de membres 71 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
L6xE
Recopier le code :
39 Abonnés